La vie Communale

Des courses de brouettes déjantées dans les rues

Cette troisième édition de cette course originale, créée par le comité des fêtes était pleine de surprises et de gags. 
Les participants ont misé sur l'effort, l'extravagance, l'audace et la ruse.

La 3e édition de la course à la brouette disputée dimanche 7 octobre a consacré deux équipages passés maîtres dans le maniement de la roue unique et de la fantaisie.

Dominique et Ludovic de l’équipe Haka-Cias ont fièrement surfé sur leurs fantasmes pour coller au climat ambiant et s’adjuger l’édition 2018.
Le circuit de la rue Ambroise de Loré accueillait les cracks de la brouette, en quête d’un hypothétique sésame. Après le contrôle des machines, chaque écurie homologuée par Thierry Ridereau,
responsable des courses, présentait son prototype sur le tarmac surchauffé. Aucune voiture ne passait plus dans le bourg, libéré d’un chapelet de véhicules déroutés.

Le circuit était enfin prêt à accueillir la crème de la discipline locale. « On sent les esprits des participants légèrement surchauffés, prêt à en découdre », concède Christophe Grandin, le speaker
devant quatre œuvres d’art rangées sous les ordres du starter. « Les informations de copilote à leader sont d’une importance primordiale et les erreurs de trajectoire peuvent être payées au prix fort », prévient -il.
 
Un pied de nez aux soucis et au quotidien
Trois départs spectaculaires sont donnés pour un enchaînement effréné de carambolages. Derrière, le public assiste à une bataille rangée, où tous les coups, ou presque sont permis.
Les bouteilles d’eau volent, les queues de poisson sont de mise. Mais les pointures du cru trop occupées à se jauger, vont laisser partir un outsider venu incognito du lotissement des Accacias, l’équipage des Haka-Cias.
À l’arrivée, et au terme de trois manches truffées de pièges et de coups pendables, le jury de la course consacre l’équipage des Haka-Cias, lequel a pris le meilleur et sur le fil, sur l’équipage de l’AS Oisseau,
suivi des redoutables Schtroumfs tenant du titre. La Country, sponsorisée par un cépage coloré, dissimulé sous le capot et coaché par Christian Belloche couvrira l’édition 2018 en dernière position.
Au final, même si le jury officiel n’a d’autres choix que de rendre son verdict, l’imagination est déclarée grande lauréate d’un concours où le physique le disputait une fois encore à l’extravaguant.
Le dernier tour s’est effectué dans un grand cafouillage. « Ils nous ont offerts un bon moment de délires et de rires. Je n’en pouvais plus, j’en ai pleuré par leurs clowneries », s’enthousiasmait une dame venue d’Aron.